Apprentissage de l’écriture cursive à l’école

D’après un article écrit par Monique Riley dans la revue La Graphologie de janvier 2017. J’ai trouvé l’article très intéressant et je pense qu’il est important de le relayer. C’est pourquoi j’ai tenté d’en faire un  résumé.  

Les neuroscientifiques sont capables d’observer les zones du cerveau utilisées lors de l’écriture manuscrite et de la comparer à la frappe unique d’une touche d’un clavier d’ordinateur. Pendant l’acte d’écrire de façon manuscrite, de nombreuses zones du cerveau sont activées, celles du langage, de la pensée, du stockage temporaire et de la gestion de l’information. “Avec davantage de zones cérébrales activées, les fonctions exécutives d’adaptation, programmation, esthétique et anticipation sont pleinement engagées pendant l’écriture à la main, et les qualités distinctement humaines de beauté et d’émotion sont améliorées”.

D’autres études ont montrés que les étudiants ayant recours à l’écriture manuscrite usaient d’un meilleur vocabulaire, et d’une meilleure syntaxe que ceux composés uniquement au clavier.

Dans les petites classes, des recherches menées par le Dc Karin James de l’université de l’Indiana ont montré que l’activité cérébrale était plus intense dans les zones associées à la lecture pour le groupe ayant appris aussi à écrire les lettres, que pour celui qui n’avait qu’appris à les reconnaitre de manière visuelle. La lecture est favorisée par l’écriture manuscrite.

Chez les collégiens, ceux qui prennent des notes à la main ont de meilleurs résultats que ceux qui écrivent au clavier. Les résultats sont similaires lorsqu’il s’agit de rapporter des faits, mais ces résultats sont moins bons chez les utilisateurs d’ordinateur lorsqu’il s’agit de questions purement conceptuelles.

Selon une étude de L’Association Américaine de Médecine du Travail, la dextérité, la fluidité et la pression adéquate à mettre sur le papier avec un crayon constituent des sortes de défis et que les types d’écriture cursives simplifiées sont plus faciles à utiliser que le script. L’attention est davantage requise pour bien former les lettres, la reconnaissance visuelle est plus sollicitée pour identifier et décoder une large gamme de représentation de lettres et de mots.

Ecrire en cursive a aussi un impact positif sur les aptitudes psychologiques et artistiques. Avec un ordinateur on prend le risque d’aller trop vite et d’y perdre en nuance, richesse et clarté.

Le Dr Jane Yank, chercheur dans le domaine de l’écriture manuscrite, observe qu’écrire à la main a procuré d’énormes avantages aux hommes, favorisant une relation réciproque entre le développement des centres cognitifs du cerveau et l’affinement de la structure de la main ; produisant les capacités uniquement humaines d’accès au savoir, à l’invention, à la créativité, à l’empathie, au sens social ; autant d’aspects majeurs de l’éducation.

Pour en savoir plus consulter la revue La Graphologie de janvier 2017. 

Advertisements